LES CRIS DE MEXICO, Paysage Sonore de la ville de Mexico, par Félix Blume


English / Español / Français

Mexico, plus de 20 millions d’habitants réunis, ça fait du bruit ! Une ville bruyante pour la plupart. J’aimerais la transformer en ville sonore. Les vendeurs ambulants forment un chœur polyphonique, la clochette du vendeur de glace remplace le triangle de l’orchestre et le martèlement des manifestants sur le mur fait office de tambour…
À Mexico on crie pour se faire entendre, on crie sa rage contre les flics, on crie au combat de ‘lucha-libre’, on crie ensemble ¡ Viva Mexico ! pour se sentir unis, et quand on manifeste on crie aussi ¡ Viva Mexico !
On crie dans l’église, on prie ensemble ou on prie seul en chuchotant dans le silence de la nuit. Le tonnerre gronde : personne ne peut crier contre l’orage, et la pluie nettoie la ville, silencieuse.
Une voix solo après la pluie, et le chœur reprend peu à peu. On chante pour oublier, on crie à nouveau, plus fort que les autres, pour ne pas se faire oublier. 
L’eau s’écoule sous la ville, le lac englouti marque le deuil d’une époque où la ville était une île…
L’au-dessus est trop bruyant, l’eau garde en silence les secrets du passé.

Dans un monde où une grande partie de la population vit en milieu urbain, le paysage sonore quotidien est bien souvent une nappe sonore continue de circulation proche et lointaine.
Mexico ajoute à cette nappe toute une série de sons qui font la spécificité sonore de la ville : les cris et sons des vendeurs ambulants en sont en grande partie responsables.
Par le passé, la plupart des villes avaient aussi leurs cris. À Mexico cette tradition de la vente informelle a persisté jusqu’à nos jours mais la politique globale n’évolue pas en sa faveur : les vendeurs ambulants sont à chaque fois repoussés plus loin du centre touristique, des campagnes publicitaires sont lancées pour les faire disparaître des lignes de métro, des opérations policières leur empêchent l’accès à la rue.
À ma manière, je voudrais pouvoir rendre hommage à ces crieurs à travers ce paysage sonore de la ville de Mexico, qui joue également le rôle de mémoire sonore d’un temps qui sera tôt ou tard révolu.

AWARDS:  Prize “Pierre Schaeffer” @ Phonurgia Nova Festival 2015 (Fr) Honorific Mention @ Biennial of Radio from Mexico City 2014
INSTALLATIONS: Festival LOOP Barcelona 2015 (ES) in 4.1 and video, CCCB Barcelona (ES) in 4.1, Fonoteca Nacional Mexico during the Festival “La Voz/La Voix”, Fonoteca Nacional de México during the exhibition Polifonía Ambulante in 8 channel version, Centre Pompidou (FR) during “Soirée d’écoute” by Arte Radio, The Cube Space / Taiwan International Documentary Festival 2018 (TW), Modos de oír. Prácticas de arte y sonido en México (Laboratorio Arte Alameda, Mexico City, 2018-2019),

BROADCASTS WEB & RADIO (including the whole Radia Network): Arte Radio(Fr), ABC Radio “Soundproof” (Au), Kunstradio (At), Radio Nacional España “La Casa del sonido” (Es), HRT National Radio Croatia (Hr), Deutschland Radio Kultur “Kurzstrecke” (De), Radio Nacional Santa Rosa (Ar), Radio Grenouille (Fr), Jet Fm (Nantes, Fr), Radio Campus Bruxelles (Be), Radio Campus Paris (Fr), Radio Imaginamos (Es), Radio Panik (Be), TEA fm (Es), Radio Art Net (Es), Pajaros en el Alambre (Oaxaca, Mex), Sonospace (UK), Radio Worm / Dr Klangendum (Nl), Radio Corax (De), Phaune Radio (Fr), XL Air (Be), CRFC (Ca), CKut (Ca), Kanal 103 (Mk), Orange 94 (At), Radio Helsinki (De), Radio Nova (No), Radio One 91 (Nz), Radio Sures (Fr), Radio Papesse (It), Radio Student (Si), Radio X (De), Radio Zero (Pt), Radio en Construction (Fr), Radio Reboot (De), Resonnance FM (UK), Sound Art Radio (UK), Wavefarm (USA), Reboot FM (De), Canal B (Fr)Radio Campus Orléans “Fréquence Libre” (Fr), Radio Campus Amiens (Fr), Radio Campus Bordeaux (Fr), Radio Campus Clermont (Fr), Radio Campus Montpellier (Fr), Radio Campus Tour (Fr), Tënk (Fr),

LISTENING SESSIONS & FESTIVALS: Pajaros en el Alambre (Sound Art Festival, Oaxaca, Mexico), UMBRAL (Sound Art Concert, Mexico City), Gouter d’Écoute à la Maison de la Poésie (Paris), Sound Art Concert (Festival Espacios Sonoros, UAM de Madrid), “Nuit de la Radio” @ Théâtre de l’Albarède in 4.1 (Ganges, France), Festival Longeur D’Ondes (Brest, France), Festival Helicotrema (Italia), Café Libertad Madrid by JB Cortegiani (Es), Festival des Suds “Jardins Sonores” (Arles, France), Festival Cine Latino (Toulouse, France), Festival Documental FIDOCS (Santiago de Chile), Jeudi de l’écoute (Arles, France), Festival Utopie Sonore (France), Arte Radio fête ses 15ans (Paris, France), Semaine du Son Bordeaux 2018 (Fr), Bibliothèque Parlante à la BNF Bibliothèque Nationale de France (Fr), Immersion Sonore #3 Bricoles (Fr), La Semaine du Son (Fr), Centro Julian Carrillo SLP (Mx), La Tribu Buenos Aires (Arg), Les Passeurs d’Images et de Sons (Fr),

LINKS: Suplex, SonospaceRadio Art Net (on BandCamp)RADIAFreesoundTënk
PRESS ARTICLE: Syntone (French)Interartive (Spanish)Mediapart (French),
ARTE RADIO (17 minutes version):

REVIEWS (selection):

Silvain Gire, ARTE Radio : “From street vendors to “lucha libre” wrestlers, the cries of Mexico City. Carefully recorded and mixed like urban music by the great Félix Blume” “Félix Blume est sans doute l’un des meilleurs peintres sonores en activité. Ce jeune ingé-son est un virtuose de la prise de son, le roi du soundscape. Sa dernière pièce est un hommage aux cris de sa ville d’adoption, cris des vendeurs, des catcheurs et des mariachis. Une merveille.”

Juliette Volcler, SYNTONE : “Félix Blume parvient à restituer les ambiances de façon réaliste, précisément parce qu’il en fait une musique toute personnelle. Ne se contentant pas d’un « Bons baisers de Mexico », il nous adresse sa singulière écoute de la ville et des gens qui y vivent. Ingénieur du son pour le cinéma, il a su prendre – ou faire fructifier – dans ce rapport proche à l’image un sens précis de la mise en scène, de la théâtralité des situations, une belle intuition de la logique d’un instant, de ses champs et de ses contre-champs (ou chants), des plans rapprochés et larges qui s’y confrontent.”

Bienal Internacional de Radio de Mexico: “Se plasma con gran interés artístico radiofónico un mosaico vocal mexicano

Kunstradio, ORF : “Mit der sehr intensiven Geräuschkulisse von Mexiko City hat sich Blume intensiv auseinandergesetzt, mit den Rufen der Straßenverkäufer und Protestchören bei Demonstrationen, aber auch mit den Geräuschen der vergessenen Seen und Sümpfe, auf denen die Stadt ursprünglich gebaut worden ist.”

Emmanuel Chicon, Tënk, Visions du Réel, FIPA : “En 1927, Walther Ruttmann réalisait « Berlin Symphonie d’une grande ville », film de montage canonique du cinéma expérimental, musique visuelle. Félix Blume a mis en « sons », lui, la mégapole mexicaine, en rendant hommage à l’ode formaliste du cinéaste allemand – voir, par exemple, l’arrivée dans Mexico par le train ou le maelstrom de la circulation automobile et des sifflets… « Los Gritos de Mexico » est un travelling sonore qui fait entendre la musicalité propre du petit peuple « mexiqueño », celle en particulier des vendeurs de rue, promis à disparaître de la ville. Des meeting politiques, aux prières collectives ou à la lucha libre, Blume écoute les espaces publics, les fait sonner, travaille les rythmes et les timbres des moindres replis du paysage qu’il recompose en véritable chef d’orchestre de la réalité sonore mexicaine.”