January 18, 2018

“Mutt dogs” : le docu qui a du chien sur RTBF-Culture

RTBF cutlure

Et si les chiens avaient aussi le droit à leur podcast ? Arte l’a réalisé avec ce documentaire en binaural.
L’enregistrement en son binaural permet une immersion sonore en trois dimensions assez incroyable. C’est un peu comme si l’on était à la place du sujet et que l’on vivait l’expérience, à la manière de la première personne dans certains jeux vidéos. Le documentaire “Mutt Dogs” (qui signifie “cabots”) de Félix Blume et Sara Lana utilise cette méthode d’enregistrement pour plonger le spectateur dans le quotidien des chiens errants brésiliens.
Les réalisateurs ont placé des capteurs sonores directement sur des chiens nommés Marmita, Pretinha, Nina, Bob, Frida et Una. Ces preneurs de son improvisés font découvrir ainsi leur monde à quelques centimètres du sol, dans le quartier de Belo Horizonte. Plongés dans le quotidien des chiens des rues, on ressent leurs appréhensions, leurs peurs, on devine leur rapport sociaux, on imagine les rencontres auxquelles ils font face, les bruits de poubelle…“Mutt Dogs” n’est pas la première expérience de ce genre bien-sûr mais le documentaire met en lumière cette technique très intéressante et encore peu connue du grand public qu’est la captation binaurale.
https://www.rtbf.be/culture/pop-up/culture-web/detail_mutt-dogs-le-docu-qui-a-du-chien?id=9813632

January 03, 2018

Télérama: En attendant le train de l’espoir, au Mexique

Illegal migrants rest on a railway line in Huehuetoca, August 2, 2012. Hundreds of Central American migrants on their way to the United States are now forced to seek shelter in the open air due to the closure of an important migrants' shelter in the state. The San Juan Diego shelter in Lecheria was temporarily closed earlier this month by church authorities because of complaints by neighbours who said the migrants had become disruptive to the neighbourhood and were contributing to insecurity in the area, which is located along the train tracks that many migrants use to travel north. Days after, a temporary shelter, located under a bridge near the suburban train station, was opened but neighbourhood organizations also requested its closure. REUTERS/Edgard Garrido (MEXICO - Tags: SOCIETY IMMIGRATION POLITICS TPX IMAGES OF THE DAY) - GM2E8830YNO01

La Lechería, à Mexico : une zone où, le long des voies, transitent des migrants afin de gagner les Etats-Unis. Dans cette création sonore, Félix Blume en a capté l’atmosphère.
« Le long des rails du quartier de la Lechería à Mexico, on imagine l’avenir, on réinvente le passé », résume Félix Blume, par ailleurs preneur de son pour le cinéma. Pour prendre la mesure de ses propos, il nous reste à fermer les yeux puis à imaginer, en écoutant l’atmosphère de Fuga, une pièce sonore dépaysante diffusée sur Phaune Radio. Une immersion dans le quotidien de migrants en transit à travers les ambiances de ce carrefour de tous les possibles.
Sur quelle impulsion avez-vous capté l’ambiance de cet endroit ?
Dans la presse locale, la Lechería est décrite comme une zone de non-droit, où les gangs et la police se disputent le terrain. Un lieu peu fréquentable, où les journalistes ne sont pas les bienvenus. J’y suis donc allé la première fois avec un petit enregistreur, avisant une amie au cas où je ne donnerais pas de nouvelles. J’ai fini cette première journée sous un pont à manger avec des migrants du Salvador, et j’ai marché des kilomètres à leurs côtés.
Qui sont ces gens qui courent le long des rails ?
Ils vont vers le nord ou en reviennent. La plupart sont déjà arrivés jusqu’à la frontière des Etats-Unis sans pouvoir la traverser, d’autres se sont fait expulser. Vivre près des rails, c’est pour eux la possibilité de monter à tout moment dans un train qui les emportera ailleurs. Ceux qui n’ont pas les moyens de payer un bus n’ont, hélas, pas non plus les moyens de s’offrir un « coyote » [un passeur, ndlr] pour les aider à traverser la frontière. Leur chance d’atteindre leur destination reste très limitée… Ils en sont conscients mais gardent néanmoins l’espoir d’accomplir leur rêve américain.
Vous livrez le son aux auditeurs sans explications, est-ce pour mieux les embarquer ?
Il existe énormément de manières de parler d’un sujet, la création sonore en est une que j’affectionne. Faire écouter une situation sans la contextualiser au départ, c’est stimuler la curiosité, l’envie d’en savoir plus sur les gens et les lieux cachés derrière ces sons.
Mettez-vous vos captations sonores en scène ?
J’essaye d’induire des rapports de sons, de sens, de rythme, de musicalité… jusqu’à fabriquer une pièce sonore qui tienne la route. Je suis dans un état entre l’errance et la quête, à l’encontre de ce que l’on m’a enseigné en école de cinéma : penser avant d’agir, définir les plans avant de les tourner… Car je pense qu’il faut savoir écouter pour bien enregistrer.
Par Carole Lefrançois
http://www.telerama.fr/radio/en-attendant-le-train-de-lespoir,-au-mexique,n5394364.php

July 05, 2017

Radio Station Essence : Entretien avec Félix Blume

Captura de pantalla 2017-07-05 a las 10.55.10

Entretien avec Félix Blume qui nous dédicace sa pièce “Jack the pump”. La chorale des pompes à essence et autres bijoux sonores à retrouver en écoute sur https://soundcloud.com/radio-stationessence/entretien-felix-blume

February 14, 2017

Headphaune #6: with Félix Blume / “Décomposer pour recomposer”

Headphaune Felix Blume

FRANÇAIS
Ce mois ci, c’est Félix Blume qui se prête au jeu de notre série Headphaune.
Félix Blume est preneur de son pour le cinéma. Il parcourt le monde les micros à la main et les oreilles au vent, de Grèce jusqu’en terre de feu, du midwest américain jusqu’aux rues de Mexico. Et c’est d’ailleurs à Mexico City que Félix Blume a posé ses valises.
Collectionnant les prises de son brutes et inouïes, il développe depuis 2012 un travail dissocié de l’image et compose d’inspirantes créations radiophoniques. Des cartes postales pour Arte Radio, jusqu’à Fuga – une pièce composée spécialement pour la première Phaune Box de Phaune Radio – rencontre avec Félix Blume, un écouteur patient, attentif et sensible.
ENGLISH
This month, it’s Félix Blume’s turn to play the game of our Headphaune series.
Felix Blume is a sound-engineer. He travels the world with microphones in his hand and ears in the wind, from Greece to Tierra del Fuego, from the American midwest to the streets of Mexico City. And it’s also in Mexico City that Felix Blume has settled down. Collecting raw and unheard-of sound recordings, he has been developing since 2012 a work dissociated from image and composes many inspiring radio creations. From sonic postcards for Arte Radio up to Fuga – a piece composed especially for the very first Phaune Box by Phaune Radio – let’s meet Félix Blume, a patient, attentive and sensitive listener.
https://soundcloud.com/phaune-radio/headphaune-6-avec-felix-blume