France Inter : Ecouter le monde avec Félix Blume

ÉMISSION “CHACUN SA ROUTE” AVEC ÉLODIE FONT.
France Inter, 18 Août 2020.

https://www.franceinter.fr/emissions/chacun-sa-route/chacun-sa-route-18-aout-2020

C’est un pêcheur du son, un créateur de poésie sonore, un intermédiaire entre les différents éléments de la nature. Félix Blume est artiste sonore ou encore ingénieur du son et s’est fait remarquer par la singulière écoute de l’environnement qu’il propose au travers de ses œuvres. Il témoigne de sa poésie à notre micro.

Un “pêcheur de son” animé par la poésie

C’est une passion qui s’est imposée au fil des années : la prise de son s’est immiscée dans la vie du jeune Félix Blume à l’orée de ses 18 ans alors qu’il débutait des études de technicien du son.

Entre la France, le Mexique, l’Italie et la Belgique tout d’abord, il acquiert diverses compétences audiovisuelles qui vont l’emmener au fur et à mesure sur les routes du monde, et plus particulièrement sur les sons du monde. Sa première création sonore en 2012 le transporte par exemple sur la “terre de feu“, autrement dit sur les terres de la Patagonie Argentine, les plus au sud du monde.

Cet artiste sonore nous plonge alors dans des univers oniriques, autant d‘invitations à fermer les yeux pour mieux ouvrir notre sensibilité et nos imaginaires, à l’aide d’un matériel précis qui capte aussi bien des phénomènes aquatiques que silencieux.

Au gré de ses enregistrements, Félix Blume s’est ainsi constitué une riche sonothèque dont il met à disposition plusieurs de ses captations gratuitement, toujours animé par le partage d’expérience sensible

Il se définit alors plus comme intermédiaire que propriétaire de ces enregistrements : un intermédiaire irrigué par l’onirisme qui projette une nouvelle création sonore réalisée au Mexique et présentée en festivals en 2021, ou encore l’installation de portes dans une forêt belge qui vibreront au rythme des récits de migrant.e.s.

A l’écoute du monde et de son patrimoine sonore

Celui qui cherche les sons presque inaperçus dans le monde s’intéresse notamment à l’identité auditive des différents environnements au contact des populations locales.

C’est ainsi que ses créations sonores proposent de véritables paysages et développent nos propres imaginaires : voici donc le pouvoir du son qui est plus d’évoquer et de suggérer, que de montrer (par rapport aux images).

Félix Blume écoute de ce fait la terre : des sons, des ambiances, des cris qu’il archive pour mieux documenter notre société. Des sons et des documents pour notre monde et sa préservation.

C’est pourquoi il a par ailleurs collaboré avec les enfants des rivages thaïlandais pour “Rumeurs de la mer” qui a été présentée à la Biennale de Thaïlande. Cette installation en plein cœur de la mer met en scène des bambous comme brises-vagues face à la hausse du niveau de la mer qui chantent, cris, sifflent au rythme des flots et des souvenirs

Une polyphonie naturelle que l’on peut retrouver dans “Pluie de mai“, des gouttes d’eau qui tombent dans des tambours métalliques disposés autour d’un arbre où se rencontrent les habitant.e.s d’un petit village mexicain qui sont intervenu.e.s sur la création. Des histoires individuelles et collectives se tissent alors, comme des racines sonores…

Enfin, parmi toutes les autres créations sonores et poétiques, Félix Blume a remporté le Prix Pierre Schaeffer avec “Les cris de Mexico : née à partir d’une envie de partage de sensation, le pêcheur sonore s’est immergé dans la capitale à la fin des années 2010 alors sillonnée par les cris des vendeurs et vendeuses ambulant.e.s. 

Félix Blume capte ainsi autant les cris de la ville que les cris de la nature pour valoriser notre patrimoine sonore, souvent impalpable et toujours omniprésent.

Chronique de Barnabé Binctin pour “So Good” au cours de l’émission
Invité Félix Blume Ingénieur du son et artiste sonore
L’équipe
Élodie Font Productrice
Clément Nouguier Réalisateur
Céline Dubois Attachée de production

Écouter l’émission ici en ligne